. Au manque de communication s’ajoute des tabous autour de la sexualité et du VIH 

Les inégalités entre les femmes et les hommes sont loin d’être réglées.

Un fort déséquilibre entre les genres qui nous pousse à nous interroger sur la place accordée aux femmes dans la prévention du VIH et des IST, mais aussi sur le ciblage des messages de santé.

En France , 40 000 femmes vivent avec le VIH.

Elles font face à plus de violence de genre et ces violences trouvent de nouvelles articulations autour du VIH. A cela s’ajoutent parfois une précarité économique et/ou un parcours d’exil, l’accès aux soins pour les personnes en situation irrégulière connait beaucoup d’obstacles : manque d’informations, accès au dépistage, à l’Aide Médicale .Au manque de communication s’ajoutent des tabous autour de la sexualité et du VIH. Ces femmes se trouvent à l’intersection de multiples facteurs de vulnérabilités