VIH/SIDA

QU’EST-CE QUE LE VIH? SIDA?

  • VIH: SIGNIFIE VIRUS DE L’IMMUNODÉFICIENCE HUMAINE, c’est un rétrovirus infectant l’homme et responsable du Syndrome d’Immuno Déficience Acquise (sida), qui est un état affaibli du système immunitaire le rendant vulnérable à de multiples infections opportunistes.
  • SIDA: SIGNIFIE SYNDROME D’IMMUNO DÉFICIENCE ACQUISE, c’est la phase tardive de l’infection par le VIH, caractérisée par la perte progressive des défenses immunitaires qui permet le développement de maladies opportunistes. 

COMMENT SE TRANSMET LE VIH ?

Le VIH responsable du SIDA peut se transmettre d’une personne contaminée à une autre:

→ Lors de rapports sexuels non protégés par un préservatif (masculin ou féminin) avec pénétration vaginale te/ou pénétration anale

→ Lors d’une fellation (essentiellement en cas d’éjaculation buccale)

→ Par voie sanguine lors de partage du matériel d’injection en cas d’usage de drogues injectables, d’échanges de paille pour sniffer et en cas de piqûre accidentelle avec du matériel de soins contaminé chez les professionnels de la santé (Accident d’Exposition au sang)

→ De la mère à l’enfant au cours de la grossesse ou de l’allaitement

En cas de rapport sexuel avec une personne séropositive au VIH, la transmission du VIH n’est pas systématiquement. Elle peut intervenir dès le premier rapport, au bout d’un grand nombre de rapport ou ne pas avoir lieu du tout.

La probabilité de transmission est variable selon différents critères, en particulier en fonction de la quantité de virus chez la personne séropositive (charge virale).

A NOTER: La prise d’un traitement antirétroviral (tri-thérapie) limite considérablement le risque de transmission du VIH. Ce risque est nul si la charge virale est indétectable depuis plus de 6 mois. Une personne qui a le VIH et qui prend un traitement efficace ne peut donc pas le transmettre.

COMMENT SE PROTEGER ?

  • Le préservatif masculin est une membrane en latex, polyuréthane ou polyisoprène. Il protège de l’infection par le VIH et par d’autres infections sexuellement transmissibles (IST). Il est à usage unique et est placé sur le pénis en érection juste avant la pénétration vaginale ou anale.
  • Le préservatif féminin est une gaine souple et large introduite dans le vagin pour en tapisser les parois. Le préservatif féminin présente l’avantage de pouvoir être mis en place plusieurs heures avant le rapport sexuel. Il est à usage unique.

    Aujourd’hui, la PrEP et le TasP constituent également des moyens de prévention contre le VIH.

COMMENT SE DEPISTER ?

C’est toujours le bon moment pour en parler avec un médecin et pour déterminer ensemble quand faire la prise de sang.

Quand quelqu’un a pris un risque, cela peut mettre jusqu’à 6 semaines pour que la contamination soit détectable dans le sang (en France, les tests de dépistage du VIH réalisés à partir d’une prise de sang, sont totalement fiables au bout de 6 semaines).

Une personne contaminée qui ferait le test trop tôt risquerait d’avoir un résultat négatif (qui signifie qu’on n’a pas retrouvé la présence du VIH) tout en étant porteuse du virus. Dans ce cas elle ne pourrait pas être soignée et risquerait de contaminer d’autres personnes sans le savoir.

Pour en savoir plus, consulter cet article : Quand faut-il faire un test ?

LES CHIFFRES EN FRANCE

  • 6 155 personnes ont découvert leur séropositivité en 2018.
  • 52% des personnes ayant découvert leur séropositivité VIH en 2018 n’avaient jamais fait de test de dépistage auparavant.
  • Les femmes représentaient 35% des découvertes de séropositivité VIH en 2018.
  • Par classe d’âge, 13% des personnes ayant découvert leur séropositivité éaient âgées de moins de 25 ans, 64% de 25 à 49 ans et 23% de 50 ans ou plus.
  • Par mode de contamination, les personnes ayant découvert leur séropositivité en 2018 ont été contaminées par rapports hétérosexuels (56%), rapports sexuels entre hommes (40%), usage de drogues injectables (2%).

LES CHIFFRES DANS LE MONDE

  • 37, 9 millions de personnes vivaient avec le VIH en 2018.
  • 1, 7 million de personnes ont été infectées par le VIH en 2018.
  • 770 000 personnes sont décédées de maladies liées au sida en 2018.
  • 23, 3 millions de personnes séropositives étaient sous traitement anti-VIH en 2018 contre 21, 7 millions à la fin de 2017.
  • Près de 79% des personnes vivant avec le VIH connaissaient leur statut sérologique en 2018.
  • Chaque semaine, 6200 adolescentes et jeunes femmes ont été contaminées par le VIH.
  • 54% des nouvelles infections dans le monde en 2018 concernaient des populations clés (travailleuses du sexe, personnes qui s’injectent des drogues, hommes ayant des rapports sexuels avec d’autres hommes, transgenres) et leurs partenaires sexuels contre 40% en 2017.

(*données 2018)

LES TRAITEMENTS

Il n’existe pas de traitement qui guérisse du VIH/sida. Les traitements actuels freinent l’évolution de la maladie et améliorent les conditions de vie des malades.

Dans les pays les plus développés, les décès dus au sida ont fortement diminué depuis l’utilisation généralisée des multithérapies. Certain-e-s séropositif-ve-s ne supportent pas ces médicaments (effets indésirables importants) ou ne parviennent pas à les prendre régulièrement. En France, toute personne atteinte par le VIH peut bénéficier d’une prise en charge sociale et médicale.